Maison J&M

Anderlecht

Maison J&M

Anderlecht 2010

Une maison de maitre modeste de 1907 a été ré-habillée. Des rafistolages successifs par les propriétaires précédents ont laissé leur marque et ont enlevé une partie du charme de la maison classique. D’autre part, la maison possédait encore plusieurs des points forts. Il y avait un grand espace grâce à des chambres hautes, de grandes fenêtres et l’absence de structure dans l’annexe. De plus la maison avait un jardin et une surface habitable plutôt grande de 300m2.

Le projet préserve donc ses forces et les éléments classiques significatifs sont soulignés de nouveau. La cage d’escalier et les chambres qui font faces à la rue, sur le rez-de-chaussée et sur le premier étage, reçoivent de nouveau leur ancienne gloire. Les chambres du côté jardin sont transformées plus radicalement. L’annexe typiquement construite dans le période de l’entre-deux-guerres avec des compartiments sanitaires est réévalué et sera agrandi par un deuxième volume de la même hauteur. Cette annexe construite sur l’ancienne terrasse déplaisante est maintenant le centre de la communication entre la cuisine, le bureau, la pièce de télévision, la salle de jeux et le jardin.

Cette construction ajoutée du côté jardin créée une grande fenêtre qui rationalise la façade arrière qui est d’ailleurs couverte avec des ardoises noires. Étant donné qu’un vide dans le plafond se trouve à une hauteur de sept mètre, il ne manque pas de lumière dans la cuisine située au centre de la maison. Ainsi la maison correspond à la typologie typiquement bruxelloise, dans laquelle elle se trouve trois chambres l’une derrière l’autre à côté de l’escalier, mais sans obscurcir la chambre du milieu.

Vu de l’extérieure, cette maison ne donne pas l’impression d’avoir quatre. En rehaussant la façade avant et la gouttière au niveau des maisons voisines, on obtient non seulement une harmonisation de la rue, mais aussi une amélioration de la lisibilité de la façade devant. Un nouvel oriel est construit sur le nouveau toit et s’engage dans une relation avec la façade du dix-neuvième siècle. L’oriel convient au gabarit de la maison et est modelé suivant les proportions des grandes fenêtres sur les étages. L’ensemble est conçu le plus légèrement possible par un vitrage sans cadre ou des parties fixe visible. Les parois latérales sont vêtues sobrement avec la même ardoise que le toit. Grâce à cette apparence simple et parce que l’oriel vitrée se trouve dans le même plan que la façade, flottant au-dessus de la gouttière, l’oriel essaye de ne pas ignorer la maison, mais plutôt de lui donner une valeur ajoutée.

Ce valeur-ajoutée se reflète non seulement à l’extérieur de la maison mais aussi à l’intérieur, le volume du toit bénéficie aussi à la perception et à la qualité de vie des résidents. Derrière cette grande fenêtre se trouve la salle de bain qui baigne dans la lumière. Le haut plafond apporte une sensation d’espace inattendue. Dans ce sens là, c’est une continuation de la grandeur des chambres élevées sur les autres étages. Les détails et finitions spécifique à l’intérieur de cette fenêtre donnent à la salle de bain de l’allure au reste de la maison classique. Non seulement la salle de bain profite de cet oriel, tandis la chambre à coucher au-dessus obtient assez de lumière et une vue à travers la salle de bain vers la rue.

Le Soir - So Soir 'Notre habitat en 2017' - Isabelle Plumhans
FRANCE 5 La Maison 'La rénovation une maison de maître de 1907'
Het Laatste Nieuws woonbijlage 'Kijk omhoog!' - Bjorn Cocquyt
Architectura 'Moeten architecten meer hun nek uitsteken...?' - Rik Neven
Arquitectura y Diseño n°195 (Spain) 'Un caja llena de sorpresas' - Ana Basualdo
Gaël Maison, n°4 'Arrière-Pensées' - Sofie De Vriese