loft Frontispice

Bruxelles

loft Frontispice

Bruxelles 2009

Dans le quartier Nord de Bruxelles un promoteur à complètement renversé les étages d’un ancien dépôt de la marque Sarma en lofts multifonction. L’étage supérieur et l’ancienne partie technique, qui ce trouve sur le toit, ont été lié pour créer un loft spacieux de 220m2.

L’ étage en dessous a la structure typique d’un loft, la plaque ouverte est définie par des grandes fenêtres côté rue, Les chambres à coucher, le bureau et la grande salle de bain ce situent sur cet étage. L’escalier métallique, qui fait léger, est la liaison avec l’habitation dans l’ancienne partie technique et trouve son chemin à travers un sol en béton d’un mètre d’épaisseur.

Pour faire profiter les habitants aux maximum des grandes terrasses, la partie habitation et la cuisine on été mis au niveau du toit. Comme le site est sur la liste des bâtiments protégés on a pas pu toucher à la façade. On fait entrer la lumière en rayons via le toit et aussi par des fenêtres, dans les deux murs de côté, qui donnent sur la terrasse. Structurellement il n’était pas possible de faire des ouvertures plus grandes, et même au carré dans le mur centrale en béton on ne pouvait rien changer. Pour maximaliser quand même la vue on a placé les fenêtres a l’intérieur des murs. Pour les ailes coulissant on a choisi des matériaux très minces et a caché les chassies, tout ceci donne l’impression, aussi bien ouvert que fermé, que’ il n’ y a pas de verre.

L’ouverture carré dans le mur en béton accentue la direction vers l’extérieur. La transparence est le mot clef pour ces lofts. A l’étage inférieur on va encore un pas plus loin. La salle de bain, qui est loin de la rue et donc loin du lumière, elle reçoit de la lumière via un mur en verre qui la sépare de la chambre à coucher et qui la donnent aussi cet aspect spacieux. De la salle de bain, a travers la chambre a coucher, on à vue sur le panorama du quartier Nord Bruxellois.

La donnée ‘espace ouverte’ ne doit pas être considéré comme éternelle. Si demain la situation familiale du propriétaire ( a ce jour célibataire ) change il sera toujours possible de transformer cette partie transparente du milieu en une boîte noire en y mettant des rideaux. En placent devant les parties verre, en distances régulières, des montants en bois comme des persiennes verticales, celles ci offrent, dépendant d’où qu’on regarde, un jeu subtile avec comme but une privacy minimale et un maximum en qualité de vie.
L’intérieur, et principalement la cuisine et la salle de bain, suivent le même plan et jonglent en permanence avec le concept ‘ouvert’ et ‘fermé’, ainsi on à la possibilité de cacher la partie cuisine par un meuble murale charnière et aussi la douche et les lavabos peuvent être fermés.

adato, n°1/10 (Luxembourg) 'Die jugen Wilden' - GG Kirchner